Partagez | .
 

 La blonde et le Latino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: La blonde et le Latino   Dim 3 Nov - 0:10

La blonde et le Latino

Leo était arrivé sur Terre, comme tant d'autres. Le plus troublant, c'était probablement de sortir de ses capsules et de découvrir des dizaines de jeunes, qui comme lui, semblaient tout aussi perdus, inquiets. Certains étaient heureux aussi et criaient déjà à l'absolu liberté. Tout autour d'eux, une nature intrigante, luxuriante, mais plus on la regardait, plus on sentait que cette planète n'habitait plus aux hommes. Ils étaient là pour la reprendre. Mère Nature comptait-elle se laisser faire, après tout ce que les Humains ont fait à la planète bleue? Leo se disait que ce ne serait pas aussi simple que de couper des arbres et allumer des jolies feux de joie.

La journée passe et les survivants commencent à s'organiser. Ils avaient emmené toutes sortes de choses avec eux dans les navettes et maintenant, en mettant leurs ressources en commun, ils pouvaient arriver à bâtir quelque chose et à augmenter leur chance de survie. C'était du moins la stratégie de Leo et d'une poignée de jeunes avec qui il était. Partis explorés, les colons trouvent un refuge, véritable chance vu les circonstances. C'était probablement une ancienne base militaire ou quelque chose du genre. Il y avait de nombreuses pièces et pour tout dire, tout le complexe n'était pas encore exploré. Comme la nuit était venue, lorsqu'ils trouvèrent des chambres avec des lits de camp, les colons commencèrent à s'y installer, dont Leo.

C'est à ce moment que le temps parut s'arrêter, l'espace d'une seconde. Kara venait... Ah Kara, c'est un ange cette fille. Rien que par sa beauté, on voyait tout de suite qu'elle ne pouvait pas appartenir qu'au monde des hommes... Plus sérieusement, après ses trois dernières années passées en cellule, à ne pas voir grand monde et encore moins de filles, si on veut être spécifique, Kara avait l'effet d'une brise fraîche dans le désert pour Leo. D'ailleurs, il n'était pas rare qu'il perde ses moyens quand elle était dans le coin.

-Segurança Kara.

Cela voulait dire salut en portugais. D'ailleurs, il se trouve bien stupide de s'être mis à parler sa langue natale. Trop concentré à faire un sourire qu'on pourrait bien qualifier de niais et à tenter de paraître le plus détendu possible, il prit un moment avant de se reprendre.

-Salut, je voulais dire salut.

Dit-il dans un anglais correct, teinté de son accent latino. Leo quitte lâche son abri pour porter toute son attention sur la demoiselle. Avait-elle besoin d'aide? Ou encore cherchait-elle quelqu'un avec qui partir exploré le reste de la base? Leo n'est pas un garçon particulièrement courageux, mais il est assez orgueilleux alors...

Tenue:
 


Dernière édition par Leopoldino J. DeSanto le Mer 6 Nov - 16:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
•• Messages : 968
•• Points : 2578

MessageSujet: Re: La blonde et le Latino   Dim 3 Nov - 20:18



La blonde et le Latino
Une bande de joyeux lurons.
Bon cette nuit avec Aàhron l’avait complètement changée. Il fallait l’avouer.  Il ne l’avait pas laissé mourir. Il ne l’avait pas traumatisé. Elle venait de voir un autre aspect qui l’attirait à lui. Il était comme la pomme dans l’histoire de Adam & Eve. Il était le fruit d’une tentation qu’elle ne comprenait absolument pas. La jeune n’avait connu que les machines qu’elle réparait pour le bien de l’Ark. Insociable, pas totalement, on pouvait le dire. La remettre comme ça en circulation, cela n’était pas toujours facile. La jeune femme fut installée à côté d’un garçon dans la navette : Léo. Si elle se rappelait de son dossier, il n’avait pas fait grande chose de mal. Oui, certains dossiers des délinquants choisis étaient bien insérés dans sa tête. Une sorte de mémorisation, qu’elle avait faite avant de s’engager pour cette mission, c’était toujours utile, non ? De plus, elle l’avait déjà croisé des fois sur la station. Il n’avait pas du tout la même tranche d’âge sur ce qu’elle se rappelait des cours qu’elle avait pris dans l’Ark. Plus jeune ? Il devait l’être. C’était peut-être pour ça qu’elle l’aimait. Il était comme un petit frère, quoi que. Il était sexy quand même. La jeune femme vagabonda dans les couloirs pour finalement trouver sa chambre. Elle rentra dans sa chambre en tapant sur le mur par geste de respect et de politesse, même s’il n’y avait pas de porte. C’était une des choses qu’elle avait remarquées quand elle était arrivée au refuge avec Aàhron.

Un large sourire se dessina sur son visage. C’était vraiment sympa de le voir. Elle le prenait déjà pour un précieux ami, même si elle avait encore plein de choses à apprendre sur lui. C’était juste qu’elle se sentait bien avec lui. Il n’y avait pas besoin de tricher. Il était sympa. Son sourire était vraiment captivant. La bonne humeur la submergeait toujours dans ces moments. Elle s’estimait contente de pouvoir connaître une personne comme lui. Cela lui changeait les idées par la même occasion. De la mort qu’elle avait frôlée et de ce qu’il s’était passé dans ce froid carnassier, Kara ne comprenait rien aux sentiments des gens, mais elle ne comprenait pas du tout ce qu’elle ressentait elle. Il lui parla dans une langue qu’elle ne connaissait absolument rien. Il réussit à lui arracher un autre sourire quand il se reprit pour lui faire la traduction. Aveugle ? N’aurait-elle pas vu ces faits ? Non. Trop éloignée des gens, elle préférait toujours les circuits d’un ordinateur qui suivait un cycle qu’elle connaissait tous les secrets.

«  Salut ‘Dino ! »

Elle rentra satisfaite de son petit surnom trouvé comme ça. On pouvait voir qu’elle boitait légèrement. C’était dommage qu’un pied foulé ne se soignait pas en une journée. Elle aurait pu aussi abréger avec Léo, mais bon. Ce n’était pas la même chose. Ses yeux observèrent la pièce. Elle trouva sa chambre vraiment stylée. Chacune avait ses particularités. Elle s’appuya sur un meuble avec une main pour enlever le poids qui étouffait son pied blessé.

«  Tu as de bons goûts pour la chambre. D’ailleurs, je voulais savoir si tu avais le temps pour me faire un peu découvrir les lieux ? Ou si tu avais envie à un peu de conversation. Je n’ai vraiment pas envie de te déranger. »

Une moue s’installa sur son visage pour lui faire comprendre qu’elle n’avait pas envie du tout de l’embêter. C’était bien la jeune femme. Ne connaissant pas toujours les limites, elle pouvait facilement les dépasser. C’était une chose vraie. Entièrement vraie.

▲ ▲ ▲ ▲ ▲ ▲