Partagez | .
 

 Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   Mar 24 Sep - 18:04


Les mecs, c'est tous des bébés.

Anastasia se réveilla difficilement. Malgré qu'ils soient sur terre, il y avait encore une certaine forme d'autorité, et cela comprenait notamment les heures de réveil. Tout le monde avait un petit matelas, les filles avec les filles, les garçons avec les garçons. Ana avait, en plus, une couette épaisse, contrairement aux autres qui n'avaient que des duvets. C'était un des deux objets qu'elle avait pu emmener. L'autre étant son précieux grimoire.

La jeune femme bailla, s'étira, et passa une main dans ses cheveux, clignant des yeux pour essayer de les faire s'ouvrir comme il faut. Malgré son âge, elle était adulte quand même, elle restait une grande enfant qui avait besoin de dormir et de confort. Elle enfila sa tenue fit son lit, glissa son grimoire dans sa besace, et quitta les dortoirs. La navette servait encore de refuge, étant donné qu'ils n'avaient rien de mieux pour le moment.

Ils étaient tous censés être tout le temps occupés, mais dans les faits, c'était un peu l'anarchie. Certains, les plus vieux notamment, avaient pris les rênes, en quelque sorte, et essayaient de régler un peu la vie de tout ce petit monde. Mais pour le moment, certains restaient de temps en temps désœuvrée, comme la Appleton, qui n'avait eu qu'une formation d'assistante, ce qui n'était pas utile ici. Elle avait des compétences en soins, et on faisait de temps en temps appel à elle, mais pour le reste, elle faisait un peu tout et n'importe quoi.

Pour le moment elle alla chercher sa ration, et s'installa dans un coin de la navette pour manger tranquillement en lisant un peu son grimoire. C'était un vieux livre, sûrement écris sur terre, car elle ne savait pas en quelle langue il était écrit. Ce n'était pas imprimé, mais bien écrit à la main. Même si elle ne savait pas de quoi il parlait, se livre le fascinait. Et encore plus depuis qu'elle l'avait perdu.

C'était sur l'Ark, avant qu'elle ne soit en prison. Elle avait oublié son livre sur un banc. Trois jours plus tard, elle avait retrouvé son précieux livre, après avoir cru ne jamais le revoir. Et, surprise, en le feuilletant, elle avait trouvé quelque chose d'écrit sur les dernières pages. Ana avait déjà écrit quelques lignes, étant donné qu'il restait une bonne vingtaine de pages vierge. Et la personne lui ayant retrouvé son livre avait répondu.

Ça avait été le début d'une longue relation épistolaire. À chaque nouvel échange - elle laissait le livre sur le banc, il le récupérait, elle le reprenait, etc - elle en apprenait un peu plus sur lui - c'était un homme - et s'y attachait. Elle le savait, c'était bête, mais elle avait des sentiments pour cet inconnu qu'elle avait découvert, qui s'était mis à nu sur ces feuilles. Et puis un jour, plus de réponses. Ensuite, elle avait été emprisonnée et envoyée sur Terre.

Elle ne cessait de repenser à ce brusque arrêt de réponse, et était dépitée de se dire qu'elle ne saurait jamais qui se cachait derrière ses mots.

On l'interpella alors, la tirant de ses pensées. Elle se leva, saluant la personne venu lui demander de l'aide pour soigner quelqu'un. Elle accepta immédiatement, courant derrière l'homme, déjà prête à sauver une vie.



© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   Jeu 26 Sep - 15:29


Les filles ne prennent jamais soin de leurs affaires.

Draco et la solitude, cela avait toujours été une évidence. C'était écrit, il avait toujours été fait pour être seul, quand bien même était-il ordinairement presque toujours accompagné de sa soeur et de son meilleur ami. Il avait une âme seule, c'était un fait. Et après avoir vécu le rapprochement non désiré avec plusieurs dizaines de délinquants tous plus convaincus les uns que les autres qu'ils étaient nés pour gouverner le monde. Sans doute n'était-il pas mieux, mais lui ne se battrait jamais pour prendre les commandes des opérations. Il pouvait servir, au camp, à beaucoup de choses, notamment à la chasse lorsqu'elle serait d'actualité et que les stocks de nourriture seraient épuisés, mais il ne comprenait pas pourquoi tous cherchaient à se commander. Prônant la liberté, vouloir infliger ses propres règles aux autres, cela semblait risible. Alors il ne cherchait plus à s'intégrer à ces gens qu'il savait tous trop différents de lui-même, et préférait s'isoler. C'était la meilleure chose à faire pour lui.

Alors ce matin, il avait pris de l'avance sur les autres. En vérité, il n'avait quasiment pas dormi, trop serré, trop inconfortable, trop seul. Un paradoxe sans doute, mais il était fait de cela depuis sa naissance. Alors il s'était levé avant le soleil, et était allé faire quelques pas dehors. Ne possédant pas d'arme, il ne s'était pas tellement aventuré plus avant ... Il lui fallait obligatoirement trouver de quoi se fabriquer un couteau de fortune, c'en devenait insoutenable cette sensation d'impuissance, de fragilité. Trop habitué à manier ces armes, il en avait oublié la sensation que le fait de ne pas en avoir produisait ... En prison, cela n'avait aucune importance, aucune sorte d'importance, il n'avait pas à contenir quoi que ce soit, il en était devenu atone. Mais une fois sorti ... Il avait besoin de cette sécurité, de cette force qu'il se donnait. Mais pour le moment, Draco n'avait rien trouvé qui fasse l'affaire. Malheureusement.

Après quelque temps passé dehors, Draco commença à se rediriger vers la navette. Après tout, plus de la moitié en était déjà sortie, il n'aurait pas trop à craindre d'être dérangé à l'intérieur. Alors qu'il faisait quelques pas à l'intérieur, son regard fut attiré par un objet plutôt anodin, posé au sol. L'avantage d'être le genre de personne à observer plus qu'à vivre était que les détails vous sautaient aux yeux, toujours. Mais cette fois, c'était différent. Le livre, qu'il voyait. Ce livre, semblant anodin, il le connaissait. Et pourtant, il avait désespéré de ne jamais le revoir.

C'était sur l'Ark, lorsqu'il était encore libre, voleur et insouciant, comme disait l'adage. Il l'avait trouvé posé sur un banc, alors qu'il vaquait à ses occupations, et alors qu'il allait le prendre sans rien demander à personne - un livre aurait sans doute fait plaisir à sa soeur -, il remarqua que quelque chose était écrit sur les dernières pages. Alors il y avait répondu, et ainsi de suite. Il aurait pu reconnaître ce livre parmi des centaines d'autres. Parce que la personne, la femme, à qui ce livre appartenait... Etait sans doute la personne qui le comprenait le mieux. Qui l'appréciait, le mieux? Parfois, la solitude était pesante. Mais elle ... Elle lui avait montré la solution pour pallier à ce manque sans avoir à user de trop de conventions qu'il ne maîtrisait que trop peu. Mais tout s'était arrêté. Tout avait eu une fin, et la fin avait été son emprisonnement. Il avait regretté de ne pouvoir la prévenir, mais comment faire quand on ne connaissait rien de la personne à qui l'on parlait?

Draco attrapa le livre. Il n'avait malheureusement pas de quoi écrire, mais pris d'un sursaut de nostalgie, se remit à lire leur ancienne conversation. Etait-elle une délinquante? Se risquerait-il à la rencontrer? Qui était-elle? En fin de compte, il n'en savait rien.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   Sam 28 Sep - 10:28


Les mecs, c'est tous des bébés.

Le blessé c'était un peu trop enfoncé dans la jungle, espérant, comme beaucoup des hommes présents, prouver sa force, sa virilité, et tout ça, tout ça. Anastasia trouvait ça débile. Pour le moment ils avaient tout ce qui leur fallait dans ce refuge, et personne n'avait d'arme. Qu'elle idée donc d'aller se balader, seul, dans une forêt si hostile.

Il avait été mordu, vraisemblablement, par une créature qui devait être vraiment très grande pour que les traces des dents partent de la cheville jusqu'au haut de la cuisse. La morsure était profonde, il avait perdu beaucoup de sang entre le moment où il s'était fait mordre et le moment où on l'avait retrouvé, mais aux yeux de la jeune femme, il n'était pas encore mort. Et ce devait être l'avis du médecin si celui-ci avait fait appel à elle. Les cas désespéré n'étaient plus vraiment traités ici. On n'avait d'autres problèmes à gérer.

Pour la Appleton, c'était dur de voir toutes ses personnes blessées, cet environnement hostile ... Enfin bref, ce n'était pas ce qu'elle avait imaginé.

Ils mirent plus d'une demi-heure à penser sa plaie, à la désinfecter, à recoudre, à le mettre sous perfusion ... mais au final, leur avis était favorable : il s'en sortirait, même s'il ne pourrait peut-être plus courir comme une gazelle à travers champs.

Anastasia fut remerciée, et elle quitta donc le centre de soin. C'est là qu'elle se rendit compte qu'elle avait laissé son livre sur les siège où elle était assise, pressée par le médecin et la vie qu'ils avaient à sauver. Elle courut donc jusqu'à l'endroit où elle était alors assise, espérant que personne n'aurait eu la mauvaise idée de récupérer ce livre abandonner.

Elle préférait perdre son lit et sa couette que de ne plus avoir son précieux manuscrit. Il représentait vraiment trop pour elle. Arrivée, complètement essoufflée, elle eu un soupir de soulagement, constatant qu'il était toujours là. Mais pour le coup, il était dans les mains d'un homme, qui semblait lire les dernières pages.

Le rouge lui monta aux joues, et elle se dépêcha d'arriver jusqu'à lui pour lui arracher le livre des mains, complètement écarlate.

" Hé ! C'est à moi ça. "

Elle lui jeta un regard noir, serrant son livre contre elle, les joues rouges, le souffle court, complètement décoiffée, se demandant qui était cet homme qui se permettait de fouiller dans les affaires des autres. Elle ne devait pas lui faire vraiment peur, étant donné qu'il la dépassait d'une tête, qu'elle faisait toute petite à côté de lui et que son regard noir, jeté d'en bas, devait paraître ridicule. Mais elle s'en fichait, personne ne touchait à son livre.


© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   Dim 29 Sep - 0:17


Les filles ne prennent jamais soin de leurs affaires.

Tant de souvenirs dans de simples mots. Il s'était confié, sur lui, sur qui il était vraiment, en dehors d'être un voleur violent et adepte de couteaux de toute sorte. Elle s'était confiée également, mais sans jamais parler vraiment de son parcours. En fait, ils ne parlaient que d'eux, de ce qu'ils attendaient de la vie, ce qu'on leur avait refusé. Tout était si bien, si habituel. Il aurait pu chercher à la rencontrer, il aurait pu l'attendre, se cacher, voir qui était la femme derrière ces pages. Elle aurait également pu faire de même, briser l'anonymat. Mais il croyait sincèrement qu'elle ne l'avait jamais fait. Sans doute pour la même raison que lui. La peur. Le questionnement. Que se passerait-il s'il n'était pas à la hauteur de ses attentes? Si tout ce qu'ils s'étaient dits, au final, ne reposait sur rien? S'ils n'étaient pas faits pour se parler, pour se voir, ni même pour s'apprécier? Draco savait que ce qu'il ressentait lorsqu'il voyait ce livre était bien plus fort que de la satisfaction. C'était de l'espoir, des battements de coeur, une histoire. Mais si cette histoire partait en fumée parce qu'il n'était rien d'autre qu'une illusion bercée par un livre que personne n'a jamais pu lire? Draco avait le coeur serré. Involontairement, il avait mis fin à cette histoire. Et s'ils la reprenaient, en fin de compte? Il n'aurait qu'à trouver, un stylo, n'importe quoi, et sa solitude n'en serait plus, si tôt qu'il aurait encore une fois, réapposé sa marque sur l'ouvrage. Mais au fond, dans un tel monde, rien ne pouvait ressembler à l'Ark non? Même pas quelque histoire épistolaire.

Absorbé par sa lecture et ses pensées, Draco n'entendit pas la course de la jeune femme, il ne l'entendit pas se figer quelques pas plus loin. Il comprit seulement ce qu'il se passait lorsque le livre lui fut arraché des mains. Avant qu'il ait pu comprendre les conséquences de cette rencontre, ce que cela voulait dire, elle le fixait d'un oeil noir, attendant sans doute une quelconque réaction de sa part. Encore un peu désorienté, Draco ne lui donna sans doute pas ce qu'elle attendait.

" Ouais, sans doute. Mais si tu ne laissais pas traîner tes affaires, je serais pas tombé dessus."

Il n'était pas méchant, c'était juste une déclaration logique. Haussant les épaules comme si ça l'intéressait de toute manière peu, il l'observa, une seconde. C'est tout ce qu'il lui fallait pour retenir chaque détail, pour voir tout ce qu'il voulait voir. Pour sentir à nouveau son coeur battre. Pas le moment, pas le lieu. Il n'était pas non plus la personne qu'il voulait qu'elle voie. Un délinquant, quel beau tableau. Un homme froid, distant, pas agréable pour un sou, voilà sur quoi elle était tombée. S'il n'avait pas l'habitude d'avoir honte de lui-même, là c'était différent. Il avait cru pendant un moment pouvoir être lui-même, mais à la fois quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui n'avait pas sa vie, qui avait encore des espoirs, des rêves. Quelqu'un qui vivait sur l'Ark mais qui en était heureux. Et là, il devait se montrer tel qu'il était? Et si elle lui demanderait de lui parler de lui? Draco ne le pourrait pas. Se confier à autre chose que des pages blanches n'était pas de son ressort. Parler non plus, aux dernières nouvelles. Quittant la jeune femme des yeux, il commença à s'avancer un peu plus avant dans la navette, conscient que la brune n'avait sans doute pas plus envie que cela qu'il s'éternise. Et que son esprit le malmenait assez sans que se rajoute la pression de se trahir. Mais au dernier moment, il se retourna.

" Je suis quand même curieux. De toute évidence ce n'est pas le livre qui t'intéresse. Alors pourquoi un étranger a-t-il autant de valeur à tes yeux? Il pourrait n'être qu'un moins que rien. Je ne doute d'ailleurs pas une seconde qu'il le soit, la preuve en est que le dernier message est de toi, je me trompe? "

Il n'avait, depuis des mois, jamais eu à prononcer une phrase aussi longue. Mais il avait besoin de savoir. Pourquoi elle ne l'avait pas abandonné en même temps que sa vie sur l'Ark. Peut-être était-il quelque peu brusque pour lui faire comprendre, admettre l'idée que la personne qui avait écrit ces pages n'était pas celle qu'elle imaginait.


© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   Dim 29 Sep - 18:19


Les mecs, c'est tous des bébés.

Reprenant petit à petit une respiration plus normale, moins haletante, Anastasia passa une main dans ses cheveux pour tenter de se recoiffer, imaginant que l'image qu'elle donnait n'était pas des plus soignée. Le rouge qui colorait ses joues avait légèrement disparu, elle le sentait. Elle serrait toujours le livre contre elle, comme si sa vie en dépendant. Ce qui n'était pas forcément totalement faux. Elle avait déjà eu mal quand la correspondance s'était arrêtée, mais si en plus elle perdait les traces de cette dernière, elle aurait eu du mal à s'en remettre.

" Ouais, sans doute. Mais si tu ne laissais pas traîner tes affaires, je serais pas tombé dessus."

Le jeune homme semblait trouver normal de fouiner dans les affaires qu'il trouvait. En plus de cela il l'observait, ce qu'elle trouvait assez gênant. Mais elle ne se priva pas de lui rendre la pareille, et le détailla à son tour, gravant chacun de ses traits dans sa mémoire. La Appleton ne se souvenait pas de son visage. Elle n'avait jamais du le croiser, ni sur l'Ark, ni sur Terre. Et elle aurait préféré ne pas le trouver entrain de lire des pages intimes de sa vie.

" C'est pas une raison pour lire quelque chose qui ne t'appartient pas. C'est personnel. "

Il haussa les épaules et tourna les talons, comme si cette affaire ne l'intéressait déjà plus. Anastasia pria pour qu'il n'ai pas eu le temps de lire beaucoup. C'était son jardin secret, ce qu'il y avait dans ce manuscrit. Personne d'autre n'avait posé ses yeux dessus. C'était comme une violation de son intimité.

Elle s'était retournée, pour partir à son tour de son côté, et sursauta en entendant de nouveau la voix du jeune homme.

" Je suis quand même curieux. De toute évidence ce n'est pas le livre qui t'intéresse. Alors pourquoi un étranger a-t-il autant de valeur à tes yeux? Il pourrait n'être qu'un moins que rien. Je ne doute d'ailleurs pas une seconde qu'il le soit, la preuve en est que le dernier message est de toi, je me trompe? "

" Un moins que rien ? Tout ceux qui sont ici sont des criminels, je crois pas que qui que ce soit ici puisse se permettre de juger les autres. "

Ana exagérait un peu le trait. Certains avaient certes commis des crimes, d'autres, comme elle, avaient juste volé des objets insignifiant, d'autres encore étaient là pour soutenir un proche, qu'ils ne voulaient pas laisser partir seul. Mais dans l'ensemble ce qu'elle disait, elle le pensait. Personne ici ne pouvait Le traiter de moins que rien.

Elle avait été piquée au vif, car cela signifiait qu'il avait lu beaucoup de cette correspondance. Et puis elle ne supportait pas que quelqu'un puisse dire de Lui qu'il était un moins que rien.

" Et puis en quoi ça te regarde, hein ? "

Anastasia lui jeta de nouveau un regard noir, qui devait encore une fois avoir l'air ridicule, étant donné qu'elle devait lever la tête pour le regarder dans les yeux. Malgré sa colère, elle se sentit obligée de développer un peu plus. Ce devait être le regard profond et impénétrable qu'il posait sur elle, mais elle ne put s'empêcher d'en dire un peu plus.

" Et cet étrange à autant de valeur à mes yeux parce que ... J'en sais rien en fait. Je sais juste que j'y suis attaché, que je suis convaincue qu'il est un homme génial. Tout comme je sais qu'il avait une bonne raison de ne plus me répondre du jour au lendemain. "

La Appleton avait passé des semaines à espérer une réponse, laissant inlassablement son livre sur le banc, mais sans succès.

" Je sais aussi que ce livre c'est une partie de moi, et que quand il a arrêté de répondre, je me suis sentie perdue. Mais pas au point de l'insulter ! "

Elle pensait toujours autant de bien de son inconnu, et avait toujours cette sensation étrange, qui lui pressait le coeur et lui nouait le ventre, quand elle pensait à elle.

Reprenant un peu de force dans la voix, elle se redressa et fixa un regard dur sur le jeune homme.

" De toute façon qu'est-ce que tu pourrais y comprendre. "

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   Lun 30 Sep - 15:17


Les filles ne prennent jamais soin de leurs affaires.

Draco ne s'était jamais réellement demandé à quoi la jeune femme à qui il écrivait pouvait bien ressembler. Sans doute parce que se faire une image mentale reviendrait à espérer quelque chose de plus, une rencontre possible, un amour envisageable. Et ce n'était pas lui, ce n'était pas dans ses habitudes. Alors il l'avait imaginée sous toutes ses formes, sous tous les angles. Elle pouvait être n'importe qui. Mais alors qu'elle se trouvait maintenant devant lui, cette dernière affirmation relevait du ridicule. Elle n'était pas n'importe qui, elle n'aurait jamais pu être autrement. C'était elle, et il était lui. Pourtant, il ne voulait plus l'avouer, il ne voulait plus rien dire. Parce qu'elle méritait mieux. La fille au Livre ... Elle méritait bien mieux que ce qu'il pouvait lui offrir. Pas seulement parce qu'il était sur Terre, donc un potentiel délinquant, ou tueur. Mais parce qu'il était Lui. L'homme qui ne savait et ne pouvait comprendre les relations humaines. L'homme du silence. C'était lui. Alors à quoi bon se voiler la face et penser qu'il pourrait jamais lui offrir plus que ce qu'elle avait déjà? Il pouvait lui offrir le tourment. Il l'avait abandonnée une fois, alors sans doute que ce serait la dernière. Mais pourquoi s'y raccrocher? Pourquoi s'accrocher à cette idée qu'il avait été là, alors même qu'il l'avait abandonnée des mois plus tôt ? Elle avait pourtant eu assez de temps pour comprendre qu'il n'était qu'un enfoiré comme les autres, ça semblait tellement évident.

"Si tu le dis."

Il aurait dû partir. Laisser la conversation là où elle en était, parce qu'au final, ce n'était pas important, non? Cette fille il ne la reverrait plus, il n'aurait plus à faire à elle. Par chevalerie ou par égoïsme? Parfois discerner les deux pouvait s'avérer bien plus complexe que l'on pouvait se l'imaginer. Il devrait la laisser partir pour ne pas la faire déchanter. Il devrait la laisser partir pour ne pas qu'elle perce plus sa carapace qu'elle ne l'avait déjà fait sur l'Ark, sans savoir que c'était lui. Il devrait. Mais au lieu de cela, des questions. Tout ce qui l'intriguait devait être compris, c'était ça. C'était son truc. Rien ne devait avoir de secrets, il se devait de tout apprendre, de tout comprendre. Mais ce qui suivit, il aurait préféré ne pas l'entendre. Tous ceux qui sont ici sont des criminels. Elle n'avait pas tort. Mais c'était bien la preuve qu'elle n'accepterait pas son statut. Que lui n'était rien de plus que tous les autres. Qu'il avait été stupide d'un jour penser valoir plus. Il ne souriait pas, jamais. Presque jamais. Si cela avait été plus dans ses habitudes, peut-être aurait-il amorcé un sourire. Sans doute l'aurait-il fait.

"Oh pardon. T'as l'air de valoir vachement mieux que tous ceux qui sont ici, princesse."

Bien entendu qu'elle valait mieux. Mais il avait été blessé. Parce qu'il se rendait compte que son statut faisait de lui quelqu'un de trop peu recommandable. Et qu'elle n'était pas le genre de personnes à aimer plus que ça ceux qui avaient désobéi au règlement trop strict de l'Ark. Il se demandait d'ailleurs pour quelle raison elle était là, alors même qu'elle ne semblait pas être faite du même bois que les autres, et considérer les délinquants comme à part, ne s'incluant pas elle-même dans ce groupe. Il n'y avait pas à dire, cette fille l'intriguait, bien plus qu'il n'y laissait paraître. Il laissa la jeune femme lui répondre, se contentant de se taire à sa pseudo agression. Après tout, elle n'avait aucune raison de lui donner les informations qu'il demandait. Mais elle le fit quand même, peut-être plus pour elle que pour lui, sans doute. Un homme génial ... Il faudrait dire ça au reste du monde. Cependant, Draco était touché qu'elle le défende autant, même si pour cela, il fallait qu'elle l'insulte lui. Mais sans doute n'était-ce pas suffisant pour qu'il se montre, ses mots précédents résonnant toujours dans son esprit.

"J'espère donc pour toi que tu grandiras. Ta naïveté est touchante, mais comme tu dis, tous ceux qui sont ici sont des criminels. Tu vas finir par avoir des problèmes, si tu mets sur un piédestal même un mec qui t'a laissé tomber."

Mais ce n'était pas son problème. Du moins pas officiellement, bien qu'il sache que quoi qu'il arrive, il ne pourrait s'enlever l'image de la jeune fille de son esprit. C'était sans doute sa malédiction: ne pas réussir à être lui-même. Il ne savait même pas qui de lui ou de celui qu'il avait montré dans ses écrits lui correspondait le mieux. Un mélange des deux sans doute.

"Tu as raison, je n'ai absolument rien de comparable à ton Prince."

Et ça, c'était sans doute la chose la plus sincère qu'il n'ait dite.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   Mar 1 Oct - 18:54


Les mecs, c'est tous des bébés.

"Si tu le dis."

Anastasia soupira doucement, agacée. Il avait quoi, comme problème, à sembler indifférent à tout ? Son visage ne montrait aucune expression, ni un sourire, ni une marque de contrariété, et son ton ne variait, pour ainsi dire, pas du tout, ou très peu. Elle ouvrit sa sacoche pour y ranger son livre, et referma bien la boucle pour s'assurer qu'il ne s'envolerait pas. Puis elle croisa ses bras sur sa poitrine, ne quittant pas des yeux le garçon qui lui faisait face. Il l'intriguait, peut-être plus qu'elle ne le pensait, et la jeune femme avait envie d'en savoir plus sur lui. Qui était-il, pourquoi était-il là ... C'était sûrement un criminel, mais était-il dangereux ou était-ce un simple voleur, comme elle ? Étrangement, elle n'avait pas peur de se retrouver seul avec lui. Pourtant, elle était de nature peureuse, mais elle avait la conviction qu'il ne lui ferait pas de mal. C'était le même genre de certitude qu'elle avait quand elle certifiait que Son inconnu était la personne la plus merveilleuse au monde. Mais pour le moment, le blond l'agaçait plus qu'autre chose.

"Oh pardon. T'as l'air de valoir vachement mieux que tous ceux qui sont ici, princesse."

Ah, visiblement, elle l'avait vexé. Elle n'en était pas fière, et elle se demandait bien ce qu'il avait mal interprété dans sa phrase, mais au moins il lui avait montré qu'il pouvait être touché. Enfin ... elle croyait ? Il n'avait pas cillé mais sa phrase montrait bien qu'il était blessé.

"Je crois pas avoir dit ça. Si je suis ici, je te signale, c'est bien que j'ai fait quelque chose qu'il ne fallait pas."

Anastasia ne pensait quand même pas se situer au même niveau que les meurtriers en puissance, mais cela ne voulait pas pour autant dire qu'ils étaient des moins que rien. Il y avait une nuance ... elle ne saurait pas l'expliquer. Et rien que d'y penser, et de chercher à comprendre ce qu'elle pensait, ça l'embrouiller.

"Mais, de manière plus générale, personne n'a le droit de juger quelqu'un d'autre, surtout sans le connaitre. Donc, tu ne peux pas dire qu'Il est un moins que rien."

Elle, elle lui avait parlé. Elle avait espéré ses messages, elle les avait lu. Lui non. Et même si elle ne l'avait jamais vu, elle le connaissait. Ana n'avait jamais essayé de le voir, ni de l'imaginer. En fait, si, elle avait essayé. Mais elle n'y était pas arrivé. Elle n'arrivait pas à coller ce qu'elle savait de lui sur un physique. À chaque fois qu'elle pensait à lui, elle voyait une silhouette sombre, floue. Et cela lui allait très bien comme ça.

"J'espère donc pour toi que tu grandiras. Ta naïveté est touchante, mais comme tu dis, tous ceux qui sont ici sont des criminels. Tu vas finir par avoir des problèmes, si tu mets sur un piédestal même un mec qui t'a laissé tomber."

Et voila qu'il recommençait, à l'agacer prodigieusement. Si tous étaient comme ça, la vie sur Terre allait être longue, mais longue. De quel droit il jugeait Son inconnu.

"Quels problèmes est-ce que je pourrais avoir ? Il n'y a que toi pour mal interpréter mes paroles, et que toi pour être assez prétentieux pour croire que tu peux te permettre de juger un parfait inconnu. Et arrête de dire qu'il m'a laissé tombé ! Tu n'en sais absolument rien, il avait certainement une bonne raison."

Sans s'en rendre compte, il avait touché un point qui faisait mal. Ana se retournait tous les soirs dans son lit, se demandant pourquoi il l'avait abandonnée, et même si elle savait qu'il avait une bonne raison, qu'elle en était convaincue, il y avait toujours une petite voix qui lui soufflait que ce n'était peut-être pas le cas. Elle serra les poings, ravalant ses larmes. Elle était trop sensible, et, il avait raison, trop naïve surement.

"Je suis peut-être naïve, mais tu devrais essayer. Croire en quelque chose, ça fait du bien, parfois. Ça permet d'avoir assez de forces dans des moments où on en manque. Moi j'ai choisis de croire en quelqu'un dont je n'aurais surement plus jamais de nouvelles, mais c'est pas grave. Quand je relis nos messages, ça me redonne quand même le sourire."

"Tu as raison, je n'ai absolument rien de comparable à ton Prince."

La jeune femme haussa les épaules. Elle n'avait même pas envie de répondre à son attaque. Pourtant, sa curiosité fut la plus forte.

"Tu peux pas savoir ! Qu'est-ce que tu fais ici, d'ailleurs ?"

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco   

Revenir en haut Aller en bas
 

Touche pas à mon bouquin ! - PV Draco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "pas touche" ou quand l'enfant est avide de découv
» Arrête, Arrête ne me touche pas...
» DEPART GENERAL BOUQUIN 1 septembre 2011
» touche lumière, blush et mascara? lesquels choisir?
» Petite utilitaire pour ne pas oublier la touche Majuscule.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The 100 :: Hors jeu :: ▲ Archives des rps :: • Non-terminé-